Cérémonie du 11 novembre 2014

• Discours de Monsieur le Maire :

Bienvenue à tous pour cette cérémonie du 11 novembre ; à vous, membres du conseil municipal ; à vous, administrés attachés à ce rite de mémoire ; à vous, membres du piquet d’honneur de l’ENSOA, venus étoffer notre cérémonie ; mais surtout bienvenue à vous, élèves de CM1 – CM2, qui avez répondu favorablement à la sollicitation de notre directrice d’école d’Exireuil, Guylaine RENAUD.

Le 11 novembre, date de signature de l’armistice en 1918 est aussi, depuis 4 ans, la journée d’hommage aux combattants, morts pour la France de toutes les guerres.
Après la grande guerre, ont suivi la seconde guerre mondiale, l’Indochine, l’Algérie et plus récemment, l’Afghanistan.

Ce 11  novembre revêt un caractère particulier puisque c’est le centenaire du début de la grande guerre. Après la mort, il y a 3 ans, du dernier des Poilus, cet épisode est entré dans l’histoire de notre pays.

A l’été 1914, c’est la mobilisation générale.
Tous les hommes dans la force de l’âge sont appelés à rejoindre leurs unités d’attache pour organiser la riposte à l’invasion allemande.
C’est alors que s’ouvre une guerre impitoyable, harassante  et dévastatrice, un conflit qui, 100 ans après, laisse encore une trace profonde dans la mémoire collective.
Ces 4 années de calvaire vont provoquer le désastre de 9 millions de morts et 8 millions d’invalides souvent gravement mutilés ; 1 million et demi de morts pour la France qui fut le pays le plus durement affecté, ayant laissé sur le champ de bataille 10% de sa population active masculine.

Il n’y a pas en France, une commune, un village, qui n’ait laissé l’un des siens dans ce conflit qui restera l’un des plus meurtriers de l’histoire.
Les noms des morts de la commune d’Exireuil sont gravés dans le marbre en lettre d’or sur ce monument.

Après avoir vu certains reportages à la télévision, j’ai aussi, ce matin, une pensée pour les familles qui demandent la réhabilitation d’un des leurs qui, croulant sous le poids de la peur et de la dépression a été fusillé par ses camarades pour manquement à la discipline et pour l’exemple.

Plus près de nous, l’actualité récente, comme au barrage de Sivens, nous prouve la fragilité des rapports entre les hommes pour des motifs d’idéologie ou de religion. Le patriotisme c’est l’amour de son pays, le nationalisme c’est le rejet des autres.

Dans mes propos liminaires, je me félicitais de la présence d’élèves de l’école pour favoriser le devoir de mémoire. Je vais donc maintenant demander à Madame RENAUD de nous présenter le travail effectué en classe sur le sujet du jour.

• Lecture de témoignages par des élèves de l'école Beausoleil d'Exireuil.

• Lecture du message de Monsieur Kader ARIF, Secrétaire d'Etat auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants et de la mémoire.

Photos de la cérémonie : cliquez ici